Le blog de Ma Bouquine Liste!

18 mars 2020

Les os des filles, Line Papin

20200304_113058

Les os des filles est (déjà) le troisième roman de cette jeune auteure dont tout le monde littéraire parle. Ne voulant pas rater les débuts de cette nouvelle Sagan (attention, uniquement comparables pour leur talent littéraire précoce!), je me suis dit qu'il était temps de me pencher sur la question...

 

D'abord décontenancée par un style quelque peu singulier, je suis passée outre dans un premier temps, en me raccrochant à l'histoire et à ce voyage initiatique en terre vietnamienne. Mais très vite, j'ai adhéré à l'ensemble et je me suis prise d'affection pour "la petite fille", ce personnage derrière lequel se protège l'auteure pour narrer son enfance mais surtout son déracinement.

 

Ce roman nous mène en effet sur les pas de plusieurs femmes dans le Vietnam des années 1960, à travers les portraits de Ba, la grand-mère, de la mère de la romancière désignée par "la seconde H.", jusqu'à l'auteure elle-même, cette petite fille par la suite arrachée à sa terre natale (et donc à son enfance), et qui a finalement trouvé sa vie dans le Paris d'aujourd'hui. Mais quel déchirement et quelle souffrance elle a dû endurer avant de connaître sa renaissance! Le combat de Line Papin est terriblement émouvant. "Parachutée" à l'âge de dix ans dans une autre culture, une autre dimension, dans une "France froide" (c'est ainsi qu'elle la ressent) et que tout son être exècre, sa guerre intérieure sera redoutable! Et cette distanciation qu'elle applique soigneusement à ses personnages en dit long sur le chagrin vécu et sur sa petite mort... Alors oui, j'ai trouvé le style singulier, ou peut-être devrais-je plutôt dire "original", mais aussi complètement envoûtant parce que très pur dans ses propos, très pudique, très instinctif: peut-être à l'image justement de cet instinct de survie qui a malgré tout raccroché la petite fille à la vie... Et comme on est heureux à la fin de voir quelle magnifique plume a ainsi, envers et contre tout, pu éclore!

 

Les os des filles a remporté le Prix des Lecteurs du Livre de Poche 2020.

 

Ed. Le Livre de Poche, 2020

Ed. Stock, 2019

Posté par Folie de plume à 15:24 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , , , , , ,


09 mars 2020

Maia, Les sept soeurs, Lucinda Riley (trad. F. Duvigneau)

20200228_112725

Si pour certains ce roman apparaitrait comme un excellent roman, il est évident que pour d'autres, un peu moins fans du genre, il se situerait plutôt dans la catégorie "roman de plage". Aussi, et pour ne pas trop me mouiller (non, pas courageuse aujourd'hui, je l'admets!), je dirais que pour moi, c'est un "excellent roman de plage"...

 

Pourtant, d'habitude j'apprécie vraiment la prose de Lucinda Riley. J'ai lu plusieurs de ses romans, toujours avec un immense plaisir. J'aime son style très facile à lire et dans lequel on s'immerge dès les premières pages, son écriture avec moult détails, ce qui est d'ailleurs bien le cas ici. En revanche, le côté très (trop?) romance m'a un peu fatiguée, je l'avoue... Et la trame de l'histoire concernant ces sept soeurs adoptées qui partent à la recherche de leurs origines (l'auteure a prévu un roman par soeur) m'a semblé un peu "alambiquée". Bref si j'ai passé un excellent moment, je ne suis néanmoins pas sure du tout de me lancer dans la découverte des autres volumes pour avoir le fin mot de l'histoire, et découvrir la personnalité et les motivations de leur père adoptif, un richissime homme d'affaires.

 

Mais je serais injuste si je ne terminais pas en rendant justice au formidable travail de documentation et de recherche accompli (que l'auteure n'a toutefois pas effectué toute seule apparemment...) sur la période historique traitée, à savoir le Paris des années folles (et notamment le Montparnasse bohème), ainsi que le Rio de Janeiro de la même époque, qui a vu la création du Cristo do Corcovado. Sa réalisation est ici très précisément narrée. J'ai vraiment adoré me glisser en coulisses pour assister à la réalisation de ce monument emblématique du Brésil et en apprécier les différents stades.

 

Ed. Points (poche), 2016

Ed. Charleston, 2015

Posté par Folie de plume à 10:40 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , , ,

07 mars 2020

Migration de Ma Bouquine Liste...

th09I0VFAN

 

Le blog "Ma Bouquine Liste" a été créé le 24 septembre 2018 et a depuis fait son petit bonhomme de chemin. Malheureusement, pour diverses raisons, il a dû migrer vers son blog jumeau ici présent. Il a ainsi été renommé  "Le blog de Ma Bouquine Liste", et va peu à peu se mettre à jour en rapatriant toutes ses anciennes chroniques... Je vous remercie pour votre patience, votre fidélité et espère continuer à vous faire partager avec bonheur mes lectures! 

Posté par Folie de plume à 18:06 - Commentaires [0] - Permalien [#]

02 mars 2020

Azami, Aki Shimazaki

20200205_112447

Comme je suis un peu "tatillonne", mon premier ressenti avec ce roman fut un peu négatif, et ce pour une raison toute bête: je ne parvenais pas à trouver le nom du traducteur! Pour vous, c'est certainement anodin mais déformation professionnelle oblige, cela nuisait grandement à ma façon d'aborder cette lecture. Pour la petite histoire, il faut savoir que depuis de nombreuses années, les éditeurs français ont pour obligation d'écrire le nom du traducteur sur l'ouvrage traduit. J'ai donc mené l'enquête et ai découvert, à ma grande surprise, que l'auteure, Aki Shimakazi, bien que née au Japon en 1954, a émigré au Canada en 1981 et qu'elle écrit ses romans en... français! Apaisée (j'exagère à peine...), j'ai alors pu savourer pleinement ce petit livre d'une centaine de pages.

 

Azami est le premier tome d'une pentalogie intitulée L'Ombre du chardon. Il nous dépeint la vie de Mitsuo Kawano, un jeune trentenaire, rédacteur dans un magazine culturel, dont la femme attirée par la vie à la campagne, le laisse seul en semaine dans la grande ville japonaise où ils vivent (ville dont le nom n'est pas mentionné). Hasard du destin, le jeune citadin croise un jour en sortant du bureau, un ancien camarade de lycée avec lequel il accepte d'aller prendre un verre dans un club privé. Sur place, il retrouve également une autre ancienne camarade de classe, Mitsuko, devenue entraîneuse, et dont il était amoureux à l'époque...

 

Ce tableau de la société japonaise, dans laquelle il est courant que les jeunes couples soient "sexless" puisque souvent (aujourd'hui encore) le fruit de mariages arrangés, est conté avec une belle fluidité et toujours avec cette poésie particulièrement propre à la littérature nipponne. C'est d'autant plus surprenant quand on réalise que le texte original a été rédigé en français... Ce qui pourrait n'être qu'une tranche de vie insipide, même si dépaysante, revêt ici l'aspect d'une parenthèse philosophique à laquelle on goûte avec délectation. Et afin de mieux en apprécier toute la saveur, j'ai déjà acheté le tome suivant, intitulé Hôzuki...

 

Azami, coll. L'Ombre du chardon, t.1:

Ed. Babel (poche), 2018

Ed. Actes Sud, 2014

Posté par Folie de plume à 11:42 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,

24 février 2020

Idiss, Robert Badinter

20200131_172828

Pour être honnête, avant d'être attirée par le livre en lui-même, il y eut l'auteur, Robert Badinter, ce Monsieur pour qui j'ai une immense admiration, un Sage parmi les Sages, un humaniste dont la parole imprégnée de philosophie et d'empathie a toujours été  pour moi une source d'inspiration. Puis, la plume de l'auteur, bien sûr à la hauteur de ses pensées. Et enfin, l'histoire elle-même, pas vraiment une biographie, dit-il, plutôt tout simplement le parcours de vie de sa bien-aimée grand-mère maternelle, Idiss, à laquelle il a souhaité rendre ainsi hommage.

 

Et au fur et à mesure que l'on tourne les pages de ce superbe témoignage d'amour d'un petit-fils à son aïeule, on comprend aussi d'où vient le charisme de l'homme, d'où viennent cette bienveillance et ce regard sur autrui. Parce que marqué par une enfance vécue pendant la guerre et l'Occupation allemande, Robert Badinter porte en lui les stigmates de la perte de ses proches et la confrontation avec la dure réalité de la persécution nazie. Et tout ce qui aurait pu le conduire vers la rage ou l'amertume n'a servi qu'à une chose: le rapprocher encore davantage de son prochain, lui qui a eu le bonheur de grandir entouré de tant d'affection familiale.

 

L'histoire d'Idiss nous offre également une étude très instructive sur la condition des immigrés juifs de l'Empire russe venus s'installer à Paris au début du XX° siècle. On y apprend qu'une communauté juive très importante vivait alors dans le Yiddishland, région d'Europe centrale située entre les Pays Baltes et la Mer Noire, et que déjà à l'époque elle subissait des persécutions antisémites, l'ayant par conséquent contrainte à émigrer vers l'ouest.

 

L'ouvrage de Robert Badinter fait partie de ces lectures qui laissent des traces, même une fois le livre refermé: on y repense avec tendresse, car c'est un témoignage émouvant dont on retiendra surtout l'amour émanant du cocon familial douillet dans lequel l'auteur a grandi. C'est une très belle histoire dans laquelle je ne peux que vous inciter à vous plonger!

 

Ed. Le Livre de Poche, 2019

Ed. Fayard, 2018

Posté par Folie de plume à 17:55 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , ,


05 février 2020

Dans le désert, Julien Blanc-Gras

20200117_143653

Perdue dans les frimas hivernaux, j'ai eu envie de soleil et de chaleur et j'ai donc choisi de partir en voyage avec Julien Blanc-Gras (grand voyageur et observateur de l'Humain), sur la péninsule arabique. C'est le premier livre de cet auteur que je lis et j'ai fait là une bien jolie rencontre.

 

Dès les premières pages, notre voyageur annonce la couleur: "Je me déplace moins pour m'emplir d'expériences que pour entretenir un espoir: ce qui rapproche les hommes est plus fort que ce qui les sépare. (...) Je voyage pour corriger la myopie que nous infligent les écrans"... L'auteur part donc sans a priori, uniquement équipé de sa foi en l'Homme et de sa soif d'échanges, à travers le Qatar, Oman, Dubaï et le Bahrein. Il ne fera pas pour autant de son expérience un récit de voyage plat et candide, bien au contraire! Et c'est précisément ce que j'ai adoré: son ton juste et impertinent, nullement déplacé ou irrespectueux. Il nous offre un regard d'occidental sur un Islam que nous ne saisissons pas toujours ou pas complètement, car souvent bien éloigné de nos propres fondements et de nos propres dogmes. Tout en faisant preuve d'empathie, l'auteur apporte un vrai regard critique sur des croyances parfois contradictoires, le tout émaillé d'humour mais aussi d'une belle dose d'optimisme. C'est une expérience que je vous recommande vivement de vivre avec lui, car ce regard est d'autant plus crédible qu'on le  sait totalement bienveillant. Et enfin, je vous dirais: comment ne pas se reconnaître dans sa vision de la découverte, lorsqu'il nous livre sa philosophie: "pour peu qu'on soit bien intentionné, où que l'on soit, la bienveillance l'emporte sur le  rejet vis-à-vis du visiteur"... Bon voyage à tous! 

 

Ed. Le Livre de Poche, 2019

Ed. Au diable vauvert, 2017

31 janvier 2020

Les enfants de la Résistance t. 1, Benoît Ers & Vincent Dugomier

20200127_085448

Aujourd'hui je viens vous parler d'une collection de BD portant sur le conflit 1939-45, qui compte déjà 6 tomes. Je viens de découvrir le tout premier volume et je m'empresse de venir vous livrer mes impressions car je trouve cette vision de la guerre qui nous est offerte à travers le regard de jeunes adolescents, vraiment très intéressante et très bien faite.

 

Mai 1940 dans un petit village français, deux jeunes garçons de 13 ans, Eusèbe et son ami François, assistent à tous les changements apportés dès le début de la guerre, à leur petite vie jusqu'à lors si tranquille, puis très rapidement, à l'arrivée des forces d'Occupation. Ils auraient pu se contenter d'être de simples spectateurs mais portés par leur courage, l'élan de leur jeunesse, ainsi que par leurs convictions, ils vont peu à peu tenter de s'opposer aux allemands...

20200127_085601

Cette collection offre à tous, petits et grands, un témoignage très réaliste de ce qu'était la vie en France sous l'Occupation allemande. Ce récit en BD a été imaginé comme s'il était le journal du jeune François. Les illustrations  sont très belles, tant au niveau des détails que des couleurs, qui respectent lorsque nécessaire, l'aspect sombre de certaines situations. La chronologie historique des évènements est tout à fait respectée et les dernières pages de l'album présentent un contenu thématique permettant aux enfants de mieux situer le contexte de l'époque. Ces BD peuvent donc s'adresser à de jeunes lecteurs à partir de 9 ans, mais également à tous les adultes que la période intéresse. En plus d'être un ouvrage très plaisant à lire, c'est indéniablement un bel outil pédagogique.

20200127_085805

Posté par Folie de plume à 18:28 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , , , , ,

21 janvier 2020

Jambes cassées, coeurs brisés, Maria Ernstam (trad. Anne Karila)

20200106_162111

J'ai découvert l'auteure suédoise, Maria Ernestam, il y a quelques mois à travers le roman Pattes de velours, oeil de lynx, et comme j'avais tout particulièrement apprécié son ton frais et la facilité avec laquelle elle m'avait entrainée dans son univers, j'ai de suite sauté sur son tout dernier roman: Jambes cassées, coeurs brisés.

 

Pourtant, lorsqu'un auteur me plaît, j'ai toujours une mini appréhension quand je me lance dans un autre de ses livres: et si celui-là ne me plaisait pas autant? Et si j'étais déçue finalement? Eh bien rassurez-vous, il n'en fut rien! J'ai adoré le personnage touchant de Lisbeth, cette jeune institutrice échaudée par un premier amour malheureux, qui a reconstruit sa vie dans un petit village, où les habitants l'ont chaudement accueillie. A tel point, que peu à peu elle ose se révéler à elle-même, s'affranchissant du modèle familial pseudo exemplaire imposé par sa soeur médecin, mère de trois enfants et enceinte du quatrième. Elle ose aussi se libérer du joug maternel (inconscient certes mais ô combien pesant) instauré lors des Fêtes de Noël et enfin, elle osera même à travers une duperie comique mais risquée, batailler pour  sauver son emploi. Bref, ce réveil des consciences plein de fraîcheur, d'humour et d'entrain m'a autant séduite que le premier ouvrage que j'avais lu, avec en prime à chaque fois un petit voyage au coeur des us et coutumes scandinaves (j'adore!). Il me tarde à présent de découvrir le reste de la bibliographie de cette romancière suédoise au style si chaleureux!

 

Gaïa Editions, 2019

Posté par Folie de plume à 14:13 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , , ,

20 janvier 2020

L'espionne de Tanger, Maria Duenas (trad. Eduardo Jímenez)

20191211_174705

Gros coup de coeur pour ces 700 pages qu'on ne peut lâcher avant d'avoir fini de les lire! Un roman historique qui se déroule entre guerre d'Espagne et 2nde guerre mondiale, et entre Madrid, Tanger et Lisbonne. L'histoire d'une jeune couturière qui voit son destin se dessiner au hasard de ses rencontres, de ses amours et du contexte historique. Rien ne manque dans ce véritable roman d'aventures: intrigues, sentiments, mystère et personnages historiques ayant réellement existé.

 

La jeune Sira, jeune fille de condition modeste, voit sa vie basculer le jour où son amant l'abandonne couverte des dettes qu'il a lui-même contractées. Elle doit alors son salut aux bonnes fées qu'elle rencontre sur sa route et qui lui permettent d'ouvrir un atelier de couture à Tanger. Mais lorsque la guerre éclate, il apparaît vite aux forces alliées que les riches clientes expatriées de Sira offrent un poste d'observation idéal sur les activités de leurs époux. On propose dès lors à la jeune couturière (que rien ne prédestinait à ça) de devenir un agent des forces alliées...

 

L'espionne de Tanger est le premier roman de l'auteure espagnole, Maria Duenas. Il a reçu le Prix de Culture de la Communauté de Madrid et a déjà été vendu à 2 millions d'exemplaires à travers le monde.

 

Ed. Points, coll. Grands Romans, 2013

Ed. Robert Laffont, 2012

13 janvier 2020

Les parfums d'Iris, Florence Roche

20191104_101323

J'ai beaucoup hésité avant de vous parler de ce roman car en toute franchise, je l'ai apprécié mais sans réel coup de coeur. Pendant plusieurs chapitres, je me suis ainsi perdue parmi les personnages mais j'ai tenu bon, je suis allée jusqu'au bout de l'histoire et j'ai fini par apprendre à zigzaguer dans ces nombreux méandres reliant passé et présent.

 

L'auteure, Florence Roche, nous fait découvrir l'univers de l'industrie du parfum, dans le sud de la France, dans les années 1960, sur les pas de la jeune Iris qui s'inite au subtil métier de "nez". Mais son passé, qu'elle ignore alors complètement, finira-t-il par la rattraper?

 

Le principal attrait de ce roman réside selon moi dans l'explication d'un pan d'Histoire souvent peu connu: le sinistre épisode des "pouponnières du Reich" pendant la seconde guerre mondiale, lesquelles étaient destinées à voir éclore les êtres les plus parfaits de la race aryenne. Alors si vous aimez les romans historiques, et qui portent notamment sur cette période, je pense que vous devriez pouvoir apprécier cette lecture.

 

 

Ed. France Loisirs, 2019

Ed. Presses de la Cité, 2018